Accueil

La santé par l’alimentation et les plantes

L’alimentation est une voie majeur pour être en bonne santé. C’est une méthode applicable par tous et, quelque soit votre problème, une alimentation adaptée vous apportera un soulagement et un bien-être durable.

Prendre le contrôle de sa santé et de sa vie

La santé est personnelle. Chacun doit expérimenter ce que la nature lui apporte quand on sait appliquer ses lois. Bien connaître son corps, et savoir l’alimenter, lui permet de retrouver un état de pleine santé. Nous pouvons ainsi nous épanouir et atteindre la sérénité. Cette méthode vous apportera une liberté qui n’a pas de prix.

Je propose des conseils :

  • alimentaires et de mode de vie pour régler divers symptômes et douleurs : surpoids et sous-poids, douleurs intestinales, d’estomac, articulaires, inflammatoires, maux de tête, etc
  • en psychologie: changement de parcours professionnel, gestion des émotions, baisse de vitalité, troubles du sommeil, d’anxiété, de stress, dépendance liée aux drogues, aux médicaments, à la cigarette…
    Dans ces domaines, je vous suggèrerai des praticiens spécialisés qui connaissent les méthodes naturelles pour les cas les plus avancés.

Voici le témoignage d’un homme que j’appellerai Jean, car il souhaite rester anonyme. Une connaissance que j’ai guidé et conseillé vers le cru pour sa pratique sportive. Dans son témoignage, le collègue c’est moi.

« Suite à des problèmes de dos rencontrés assez jeune (25 ans), j’ai laissé le sport un peu de côté. A 41ans après une correction dentaire j’ai pu, petit à petit, reprendre une activité sportive régulière. Oui, j’ai eu la chance que cette correction dentaire ait un impact sur mes problèmes de dos. J’ai pris mon vélo pour me rendre au boulot. C’était très agréable de pouvoir retrouver ses sensations sportives de liberté, d’autonomies, se reconnecter avec l’extérieur, la nature par le sport. Circuler sur ces routes secondaires peu empruntées en sentant ces odeurs de saison, un matin, de bonne heure, quand tout est calme. Aller là-bas, vers cette ligne d’horizon si loin et maintenant accessible sans avoir besoin de ‘véhicule roulant’. Ceci dit, ce retour au sport avait rapidement ces limites. Il était énergivore au quotidien et les grandes sorties WE étaient épuisantes.

Déjà, j’apportais de l’importance à mon alimentation. Je veillais à manger un maximum de pâtes avant l’effort. Sans basculer dans le dopage, je m’intéressais aux régimes au malto, aux gels liquides, au gâteau du sportif … Ça fonctionnait forcément puisque mes performances étaient bonnes par rapport aux personnes de mon entourage. Ceci dit de longs trajets m’occasionnaient souvent des difficultés digestives et de pénibles récupérations.

Un jour suite à une rencontre fortuite, je me trouve enrôlé avec une équipe de bras cassés pour l’Ardéchoise, pas sur une formule chronométrée, mais quand-même, sur trois jours de trip avec de longues étapes dans un cadre certes magnifique, mais avec son lot de vallon ! Nous étions au milieu de l’hiver. J’avais 5 mois pour me préparer afin de pouvoir profiter de ces trois jours. Sans rien changer de ma préparation sportive, j’imaginais faire une bonne première journée, puis souffrir la deuxième, d’agoniser la troisième. Fallait faire quelque chose. Pas question d’intensifier mon entraînement hebdomadaire. Avec ce que je faisais déjà, je traversais parfois de grosse phase d’épuisement. Je retourne alors fouiner dans l’alimentation. Et là, je découvre ces ultra-trailers qui ne jurent plus que par des régimes à base de fruits et légumes ?????. Probablement des ovnis !! Si je fais comme eux je ne vais pas faire long feu à l’Ardéchoise. J’agonise le 1er jour. Mais bon, dans tous les cas j’agonise, alors pourquoi ne pas essayer. Et puis, ça semble marcher pour d’autre alors pourquoi pas moi ? En parallèle de ces recherches, un collègue fort de plusieurs recherches en diététique me donne des pistes pour repenser mon alimentation vers du fruit/légume.

Je décide alors de tester cette approche alimentaire en suivant un régime basé sur des jus. Je déroule alors mon entraînement sur les 4 mois qui me reste. Les effets sont très étonnant, perte de poids (10kg), baisse significative de mon poids de forme (72kg = > 66kg) et augmentation de mon énergie, ce qui me permet d’augmenter mon entraînement (avec moins de fatigue !). Le jour de la sortie je me concocte quelque jus et mange le plus possible de fruit (et zéro pâte car je ne veux pas laisser une chance à un mauvais diagnostic final). La conclusion est implacable : 3 jours à fond avec le sourire, pas de problèmes digestifs, une récupération super rapide. Je me surprends après la fin du raid à courir pour aller chercher mon bon repas laissé au parking. Cette expérience m’a convaincu mais plus que ça, elle m’a permis de m’intéresser à l’alimentation sous un nouveau jour, mais pas seulement l’alimentation, car pour aller vers la nature, il n’y a qu’un pas, un pas de plus pour l’environnement, un autre pour l’approche médicale. Et là on peut changer d’avis sur certaines choses, houps !!!, un pas sur les a prioris et les différentes façons de penser…Ça peut aller loin tout ça.

Aujourd’hui je continue à me documenter et à expérimenter ces façons de s’alimenter et de vivre. J’apprends plein de choses tout en améliorant ma santé. Cette année j’ai pu faire le mont Ventoux 3 fois de suite, dans la même journée, en vélo à 48ans. Je ne connais plus de période de grosse fatigue. Alors que j’allais 1 à 2 fois/ans chez le médecin, depuis l’ardéchoise je ne suis plus retourné chez mon docteur pour un état grippal. Je portais des semelles orthopédiques pour une correction de 3mm. Voilà plus d’un an maintenant que je les ai mises de côté…

Je finirai sur ces deux points :

  • Un truc qui m’est tombé dessus (par naïveté je pense) : Le rapport aux autres. Amener des convictions sur la façon de collectionner des timbres ou des voitures, apporte rarement des difficultés majeures avec des amis, la famille ou dans sa vie de couple. Faire la même chose avec l’alimentation ahhhhhhhhhh ! Il y a de la remise en cause à gogo là-dedans. ATTENTION !
  • Un truc qui m’a vachement rassuré dans cette aventure : Je me demandais si en m’intéressant aux aliments, je n’en deviendrais pas parano. Je pense que j’avais ce sentiment car les informations que l’on reçoit de toutes part sont souvent anxiogènes, décalées car sorties de leur contexte, contradictoires sans notion de proportion. Ça semble difficile de donner une cohérence à tout ça. En conclusion, après m’être un peu plongé dans ce ‘merdier’, je suis rassuré ; je constate qu’une bonne alimentation amène bien plus que je ne l’imaginais. Elle tient en respect toutes les craintes alimentaires véhiculées et nous aide à faire face à bien des maux. »

Témoignage de Jean : Alimentation cru et sport

Avis et témoignages